Rechercher

Comment la Suisse veut devenir la « crypto-nation »

En moins de cinq ans, la petite ville suisse de Zoug est devenue une capitale des monnaies virtuelles. Ni le krach du bitcoin ni l'hostilité des banques centrales n'ont entamé la foi des centaines de startuppeurs qui s'y sont installés, convaincus de bâtir l'économie du futur.


Le lac de Zoug aussi a un jet d'eau mais, ce n'est pas faire insulte à la petite ville que de le dire, il ne peut guère rivaliser avec celui de Genève. Une vaguelette qui submerge son socle, et le voilà qui mollit presque comiquement. En ce matin d'hiver, les nuages qui stagnent au-dessus de l'étendue d'eau masquent les montagnes alentour. Dans cette ambiance cotonneuse, personne en vue. La place de La Poste, à un jet de pierre de la tour de l'horloge du XVe siècle, est vide.

Seule une Porsche vient percer le silence du matin. À l'angle du café Plaza, le bolide accélère sur Bahnhofstrasse, l'une des principales rues de la bourgade.


Hany Rashwan a prospecté auparavant une dizaine de pays, a un brin hésité : « Quand vous passez de Manhattan à ici, ça fait un choc. » Mais l'ancien trader est parvenu à cette conclusion : c'est à Zoug que les choses iraient le plus vite dans le bitcoin et les cryptomonnaies. De fait, la jeune pousse a lancé fin 2018 à la Bourse de Zurich un produit financier notamment indexé sur le bitcoin, un beau succès en forme de première mondiale. Grâce à Amun, qui possède un bureau à Zurich en face de la quatrième Bourse d'Europe, « les cryptomonnaies deviennent des actifs comme les autres », souligne l'homme d'affaires dans ce qui ressemble à un manifeste.


Le canton, déjà connu depuis plusieurs décennies pour sa fiscalité très accommodante, qui a attiré des négoces en matières premières et notamment en pétrole, de grands groupes pharmaceutiques et des millionnaires comme le tennisman allemand Boris Becker, s'est trouvé un tout nouveau surnom au parfum californien, la « Crypto Valley ». Pas mal pour une région restée jusque dans les années 60 une poche de pauvreté dans un pays de plus en plus prospère. Le récent krach du bitcoin ne change rien à ses immenses possibilités, assurent les centaines d'investisseurs, développeurs et ingénieurs qui travaillent dans cette industrie en effervescence. Il aurait même le mérite de séparer le bon grain de l'ivraie.


La Confédération se rêve en Crypto-nation


Cette nouvelle spécialisation a le soutien explicite des autorités fédérales helvétiques, qui ne peuvent que constater la pression générale, notamment des voisins de l'Union européenne, vers une plus grande transparence financière. La Suisse sait qu'elle doit se trouver des relais de croissance au-delà de la gestion de la fortune des ultrariches, de même que l'Arabie saoudite prépare l'après-pétrole. Début 2018, le ministre de l'Economie, Johann Schneider-Ammann, a ainsi déclaré que son pays devait devenir la « crypto-nation ».


6 vues

Posts récents

Voir tout

© 2023 par YOUCALL INTERNATIONAL SA . Créé avec Wix.com

  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon